Le chien enragé – Urbain AMOUSSOU

LE CHIEN Enragé (1)

Le chien enragé

En Avril 2024, mes enfants eurent 04 ans. Vous l’aurez compris, ils sont issus de « la période de confinement ». Des triplés. Un garçon deux filles. J’étais un homme comblé.

J’avais également une superbe femme, sérieux elle était sublime. Peut-être est-ce pour cela que j’aie sauté le pas. Le jour où elle m’avait dit oui je n’en étais pas sûr, si bien que j’avais dû lui demander deux fois de suite si elle était certaine de vouloir m’épouser moi.

En résumé, j’avais de la chance, une chance insolente.

Tout serait parfait s’il n’y avait pas mes enfants. Non pas qu’ils soient difformes, loin de là, ils avaient tous pris le plastique de leur mère et étaient beaux comme des angelets.

Le souci était dans leur tête. Ils n’étaient pas stupides non plus, loin, très loin de là. En fait le mélange des gènes de leur mère et les miens avaient donné une descendance qui me faisait peur souvent.

Ils étaient un peu trop intelligents. Leur mère disait qu’ils étaient aussi vicieux que moi, mais en réalité à leur âge je ne l’étais pas autant. À deux ans ils lisaient très bien et a trois je les voyais déjà dévaliser ma bibliothèque « pour adultes ». À quatre, ils rentraient dans notre laboratoire à leur mère et moi et faisaient des expériences sur les pauvres rats de laboratoire.

Quand ils en eurent assez, ils attaquèrent la basse-cour. Il m’arrivait parfois d’avoir une épidémie dans l’élevage qui s’arrêtait quelques jours plus tard, le temps qu’ils formulent des vaccins.

Les choses prirent une tournure dangereuse quand les voisins commencèrent à se plaindre des jeux auxquels nos enfants conviaient les leurs.

Permettez que je ne revienne pas là-dessus.

Un jour, dépassé, j’appelai mon propre père pour m’excuser. Cela faisait au moins 15 ans que je ne l’avais pas contacté. Si j’avais été ne serait-ce que le dixième de mes rejetons, il a dû en baver. Je le comprenais désormais

Le 18 Avril 2024, lors de leur quatrième anniversaire, je décidai de leur raconter l’histoire de mon meilleur ami. Le chien qui m’avait accompagné durant quatre ans et dont j’ai dû me débarrasser durant la période de la crise à la COVID-19.

 

Ils se posèrent dans le canapé devant moi, la fille au milieu, comme des anges. Leur mère, pour une raison ou une autre était inquiète depuis quelques temps. Non pas pour eux, mais pour moi, j’avais changé disait-elle. Si bien qu’elle ne me laissait plus trop seul avec eux.

« Bien mes enfants », commençai-je.

« Vous ne le savez sans doute pas, mais quand j’étais jeune j’avais un berger allemand. Un magnifique animal que j’adorais. C’était mon meilleur ami. Puis arriva le Coronavirus et je ne m’en sortais pas vraiment. J’avais du mal à trouver de quoi manger et donc il arrivait des jours où lui et moi n’avions rien à se mettre sous la dent.

J’avais une poule qui pondait chaque deux ou trois jours et j’en prenais grandement soin.

Un matin, je retrouvai la poule éventrée, les viscères en l’air et devant Yannick mon chien, mon meilleur ami. Il avait commis cet acte ignoble avant de se rendre compte du mal fait, si bien qu’il n’a même pas dévoré la poule.

« J’ai déclaré qu’il avait la rage », continuai-je « et la nuit, je l’assommai, ensuite je le mis dans un énorme sac et le plongeai dans une eau glacée dans la baignoire de ma chambre. Il couina, se débattit, puis doucement il se laissa aller.

Ce jour-là, alors qu’il expirait, j’eus vraiment, vraiment mal, mais il le fallait. J’appelai votre mère le jour-là et lui expliquai la mort du chien, prétextant qu’il avait eu une crise de rage et j’ai été obligé de l’assommer et le tuer. »

Fin de l’histoire, leur dis-je. Allez dormir!

Ma femme me regardait bizarrement. Les enfants aussi.

Le lendemain, en rentrant du boulot, ils étaient tous partis, ma femme et mes enfants. Je me coulai un bain et me glissai dans la baignoire savourant la chaleur de l’eau chaude sur chaque once de peau.

Urbain AMOUSSOU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s